UA-62381023-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 30 janvier 2011

Bon anniversaire Sophie

Aujourd'hui c'est l'anniversaire de Sophie.

Pour le fêter un extrait d'un récit en cours :

 

ancolie.jpgEn début d’après-midi, le soleil ayant tenté une légère mais certaine percée, Lucien se met au boulot dans son potager. Gabrielle fait la sieste. Il sème en godets, repique, bine et bichonne. Il cueille sur ses deux lilas un bouquet bleu et blanc pour la table de la salle à manger. Il réduit de moitié les tiges qu’il a coupées. Lucien ne laisse rien au hasard dans son potager, un peu jardin quand même, mais pas trop.

Quand ils étaient petits les enfants demandaient toujours pourquoi il n’y avait pas de pelouse dans leur jardin. Immanquablement Gabrielle disait, en fronçant les sourcils pour se donner l’air sévère :                  

– La pelouse, c’est bon pour les jardins de richards et nous nous n’avons pas un jardin, mais un potager.

Lucien ne relevait pas.

Et Georges ronchonnait :

– Pour jouer au foot il faut bien un peu de pelouse quand même. On ne peut jamais jouer au foot ici.

Et il regardait son père en coin. Mais Lucien ne voulait pas se disputer avec Gabrielle. Après tout, la maison venait de la famille de sa femme, alors il n’allait pas s’opposer, non, il se sentait plus locataire que propriétaire, il savait bien qu’il vivait chez sa femme, son beau-père lui avait assez fait sentir.

Mais Lucien sait qu’il y a dans son potager des bruissements d’ailes qui en font un jardin, un vrai jardin, un lieu où l’on peut entendre des rires frais, des rires sains, où l’on peut avoir le joli sourire d’un chasseur de papillons… lorsque sa femme n’y est pas.

Elle n’y vient du reste pas souvent. Tout au plus pour un tour, court chaque midi et plus long le dimanche soir, bras passé dans celui de son mari qui lui nomme tout ce qui y pousse, tout ce qui bientôt sera consommé à la table familiale.

Ce matin, pour la première fois, les ancolies se sont ouvertes fières et délicatement dessinées au bout de leurs longues tiges souples. Les fleurs du saint-Esprit la veille de Pâques, Lucien aime cette coïncidence. Il les montre à Gabrielle lors du petit tour de midi. Puis ils rentrent déjeuner, des œufs au vin avec un peu de polenta.

 

* * *

 

 

Tchang-seng a travaillé toute sa vie. Il a chanté les louanges du président Mao, de la Longue Marche (pendant laquelle il est né), de l’Armée populaire de libération, du Grand Bond en avant — pendant lequel comme des millions d’autres il a bien faillit mourir de faim —, de la Grande Révolution Culturelle Prolétarienne. Il a été maltraité par les Gardes rouges et il ne leur en tient pas rigueur, il a lu tant et plus le Petit livre rouge, puis il a loué les politiques de réformes économiques, secrètement apprécié les manifestations de la place Tian’anmen, et aujourd’hui, après la fermeture de l’usine de papier, il est de force à la retraite et vit tant bien que mal avec 966 yuans mensuel et 30 mètres carrés de terre derrière la maison, que son père avant lui habitait, où il fait pousser quelques légumes et quelques fleurs pour l’harmonie, dont une vraie collection d’ancolies qu’il hybride tant et plus avec une patience rare et des résultats étonnants. Ses voisins ne le prennent guère au sérieux sauf madame Tching a qui il offre, à la saison, des bouquets de sa fleur préférée. Elle en porte toujours une dans un sautoir en forme de bonnet de fou pour contrecarrer les sorciers et les mauvais sorts. Tchang-seng aime cette fleur qui ne supporte pas  d’être disciplinée… lui qui a tellement dû l’être, tout au long de son existence, pour avoir une chance de vivre encore. Madame Tching aime bien son voisin qu’elle prend pour un simple mais qui cultive de si belles fleurs et de si bons légumes dans son minuscule terrain.

C’est la Neurasthénine qui a maintenu Tchang-seng en vie. Depuis ses dix-huit ans il en prend chaque jour, plusieurs fois, et le liquide lui laisse autour de la bouche un rond jaunâtre, comme après une chique de tabac.

C’est la Neurasthénine qui a maintenu Tchang-seng en vie et le désir pour Madame Tching. Un désir secret car Tchang-seng se disait qu’on ne pouvait certainement pas posséder une telle femme lorsque l’on était un ouvrier si modeste, un moins que rien que le temps et les tâches les plus ignobles épuisaient. Quelle femme aurait bien pu le désirer, lui, ne serait-ce même que le regarder, avec sa bouche maculée de jaune, ses dents  gâtées, ses mains calleuses et si rêches, si épaisses, si lourdes. Des mains pour piocher, couper, frapper, pas des mains pour caresser. Les caresses, voilà quelque chose que Tchang-seng ne connaissait pour ainsi dire pas. Sa mère l’avait abandonnée pendant la Longue Marche dans la cour d’une ferme. Il avait été, tant bien que mal, élevé là par un couple rustre mais qui l’avait nourri sans rechigner, mais sans affection non plus.  Plus tard, la conscription sauvage, sans limite, les longues années d’armée l’avaient éloigné de ce monde pour un univers encore plus dur. Il avait gravi les montagnes du Tibet, tiré sans vergogne sur la population, c’est la guerre lui avait-on dit, ne réfléchis pas, fais ce que tu dois. Puis il était revenu dans la modeste exploitation agricole de la province de Hunan, à deux pas du fleuve Yangzi Jiang, et l’homme lui avait donné son nom, était devenu son père. Aujourd’hui la ferme avait disparu et seuls quelques mètres carrés derrière la masure lui rappelaient sa jeunesse lorsqu’il courait de l’étable aux champs.

Extrait de : Une ancolie jamais n'abolira le hasard

mardi, 25 janvier 2011

Jean-Pierre Ostende - Et voraces ils couraient dans la nuit

arton22832-bc6fe.jpgUn nouveau livre de Jean-Pierre Ostende à paraître le 2 février aux éditions Gallimard, voilà une bonne nouvelle.

Et voraces ils couraient dans la nuit.

En plus l'auteur s’est amusé à faire une bande annonce que l’on peut voir sur Dailymotion, histoire de donner envie.

En tous cas on attend avec impatience la sortie du livre.

http://www.dailymotion.com/video/xgh84n_jean-pierre-osten...

jeudi, 20 janvier 2011

Grabinoulor, Pierre Albert-Birot

x1h64wav.jpgAucune nécessité de faire une note sur Grabinoulor, un des rares livres que je ne quitte pas, aucune actualité particulière, mais tout de même reprendre cette note écrite pour CCP lors de la dernière réédition par Jean-Michel Place pourrait en ces jours maussades amener quelques nouveaux lecteurs à un livre bien mal connu.

 

 

Cette rubrique est dédiée à Anne-Françoise K.

 



C’est Emmanuel Hocquard qui m’a appris l’existence de Grabinoulor
Grabinoulor naît en 1918 et ses aventures ont été racontées dans un livre – Grabinoulor – jusqu’en 1960 par Pierre Albert-Birot qui s’est inventé là un double majeur
PAB naît à Angoulême en 1876 où il passe une enfance heureuse avant de rejoindre Bordeaux où son adolescence est compliquée (ce qui n’est pas étonnant, être adolescent n’est pas une sinécure, alors en plus à Bordeaux !) puis Paris où il meurt en 1967
C’est Max Pons qui m’a appris la mort de Pierre Albert-Birot (plus tard il m’a offert un des plus beaux livres de son ami, L’homme coupé, avec une postface d’Arlette Albert-Birot,  – troisième épouse de PAB et sans qui le Marché de la poésie…) publié à son enseigne de La Barbacane en 1995
PAB a dirigé une revue extrêmement importante SIC de 1916 à 1919, il y a publié aussi bien Apollinaire, les futuristes italiens, Tzara, les noucentristes catalans, Reverdy, Max Jacob, Zadkine…
PAB a écrit toute sa vie, toute sa vie PAB a écrit et beaucoup édité, beaucoup édité ses propres livres à cette enseigne SIC (sons idées couleurs) car toute sa vie PAB ne sera jamais aussi lu qu’il faudrait et il serait temps que ça change – mais même Grabinoulor a du mal avec le temps – et s’il ne tenait qu’à lui, à Grabi, si Rabelais, Pétrarque, La Fontaine (le poète pas le fabuliste) Lamartine, Montaigne, Cervantès, Shakespeare et j’en passe (Sterne, doit y être, je ne le trouve plus dans les mille pages, mais il doit y être), si donc, ceux-là et bien d’autres n’étaient pas chez lui ce soir, un soir, hier, aujourd’hui, demain, le soir de Grabinoulor, en six livres – ils le sont chez lui, chaque jour, chaque nuit, chaque instant de Grabi –, publiés en petits morceaux et enfin intégralement en 1991 par – déjà – Jean-Michel Place – que sa mémoire soit louée par mille générations – qui aujourd’hui nous en donne une réédition fort bienvenue puisque la première était devenue introuvable
Grabinoulor est un livre, rien qu’un livre, un livre que l’on n’abandonne jamais quand on y a plongé – highdive en vrille avec entrée groupée dans le texte –, une fois, mille fois, encore et encore, car le lecteur de Grabinoulor n’est jamais fatigué puisque Grabinoulor est toujours de maintenant, présent au présent de l’épopée de tous les possibles, et le lisant, merveilleusement contaminé, nous ne quittons jamais une éternelle jeunesse
Il suffit pour cela, par exemple, de ne pas expliquer, car comme le dit Grabi « expliquer c’est perdre son temps et sa dignité » et la dignité et le temps ne courent pas tant les rues que l’on risque d’en manquer pour des sottises
PAB a inventé à Grabi un double négatif Furibar et toute une bande de zinzins – Lérudi, Keskedieu, Gaulois Pur, Statuco, Zéphirin Grosrêveur, Madame Evergreen, Arthur-Georges Lefin… – pour le distraire ou le contrarier – ce qui revient un peu au même
La seule chose que PAB n’a jamais voulu pour Grabinoulor c’est un point, jamais, car Grabi « doit  vivre où il lui plaît et sans fin malgré le POINT » et le simple fait d’ouvrir Grabinoulor, de faire bruisser ses pages supprimera celui de la page 944, puisque la lecture est de toutes les choses humaines la seule ( ?) qui n’a pas de fin


albert_birot_pierre.jpgClaude Chambard

Pierre Albert-Birot
Grabinoulor
Jean-Michel Place
17x23,5 :1006 p. ; 35 €

mercredi, 19 janvier 2011

The Black Herald N° 1 vient de paraître

 animé par Blandine Longre & Paul Stubbs

voici le premier numéro de 

The Black Herald

2011-01-13-13-38-52.jpg


Issue #1 January 2011 – Janvier 2011
160×220 – 148 pages - 13.90 €
ISBN 978-2-919582-02-0
Poetry, short fiction, essays, translations.
Poésie, fiction courte, essais, traductions.
Texts by / Textes de : Laurence Werner David • John Taylor • Valeria Melchioretto • Tabish Khair • Émile Verhaeren • Will Stone • Philippe Rahmy • Rosemary Lloyd • Osip Mandelstam • Alistair Noon • Onno Kosters • Willem Groenewegen • Sandeep Parmar • Georges Rodenbach • Andrew O’Donnell • Khun San • Sylvie Gracia • Georg Trakl • Anne-Sylvie Salzman • James Byrne • Claro • Brian Evenson • Siddhartha Bose • Romain Verger • Yahia Lababidi • Sébastien Doubinsky • José Mena Abrantes • Cécile Lombard • Darran Anderson • Anne-Françoise Kavauvea • Emil Cioran • Nicolas Cavaillès • Mark Wilson • Zachary Bos • Paul Stubbs • Blandine Longre. Images: Emily Richardson • Romain Verger • Will Stone. Design: Sandrine Duvillier.
More about the contributors / les contributeurs <http://blackheraldpress.wordpress.com/2011/01/13/the-blac...>
http://blackheraldpress.wordpress.com/2011/01/13/the-blac... <http://blackheraldpress.wordpress.com/2011/01/13/the-blac...>

11:40 Publié dans Édition | Lien permanent

vendredi, 14 janvier 2011

Jean-François Bory : d'Annunzio

avec méthode mais « comme en vacances »

Jean-Francois Bory_La Touriale.jpg

 

Voici un joli petit livre dont chacun pourra tirer profit s’il a un tant soit peu de curiosité, d’humour, de goût pour la digression, la surprise, et la prose (re)tenue – c’est dire si elle est absolument débridée.
On ne présente plus Jean-François Bory qui, depuis longtemps, délivre du plaisir, de la dérision, et des raisons de croire encore aux pouvoirs de la littérature puisque aussi poète visuel soit-il, le récit ne l’a jamais abandonné – ou est-ce l’inverse – et voici qu’il nous en apporte une nouvelle preuve joyeuse bien qu’érudite. De D’Annunzio, donc il est question, mais aussi de Walter Scott, du monstre du Loch-Ness, de Francis Ponge, de Jules Renard, d’Ivan Messac, de traduction, d’un hôtel rococo au bord du lac de Garde, de plusieurs fiancées, de la Yougoslavie – et principalement de la recherche de la direction du château de Trsat –, du Vittoriale, d’un œil +un œil perdus… bref « de la vie, c’est-à-dire pour moi, de l’écriture ».
Problématique D’Annunzio ? Certes. Mais si on ne « s’intéresse à rien qu’à tout à la fois », le terrain est libre, la rive ferme, le ratage infini, et l’objet du mythe toujours repoussé d’être approché « avec méthode, mais “comme en vacances” ». D’ailleurs, il reste, à Jean-François Bory, plusieurs « façons » de rater un livre sur Gabriele D’Annunzio et c’est tant mieux.


Claude Chambard


Jean-François Bory
Dix-sept façons de rater un livre sur D’Annunzio
Spectres familiers
72 p. ; 12 € ; isbn : 978.2.909857.13.8

Pour la photographie de Jean-François Bory merci à Poésie Marseille

11:29 Publié dans Écrivains | Lien permanent

lundi, 10 janvier 2011

De seuil en seuil

Hier, Anne-Françoise Kavauvea a mis en ligne un article sur trois de mes livres. Non seulement sa lecture est d'une justesse rare mais elle lève quelques lièvres qu'elle a été jusqu'à maintenant la seule à voir courir, je l'en remercie. Une telle lecture du travail d'un auteur me semble suffisamment rare pour être soulignée. Et tous les articles d'Anne-Françoise Kavauvea sont du même tonneau. Je me dois donc de vous inciter à lire son blog le plus régulièrement possible.

http://annefrancoisekavauvea.blogspot.com/2011/01/claude-...

Tannhaüser+détail.JPG


10:43 Publié dans Écrivains | Lien permanent

samedi, 01 janvier 2011

Bonne année 2011 avec Emily Dickinson

Que tous mes vœux vous accompagnent au long de cette année nouvelle.

 

« Fais moi un tableau du soleil —
Que je l’accroche dans ma chambre.
Et fasse semblant de me réchauffer
Quand les autres s’écrieront “Jour” !

Dessine-moi un Rouge-gorge — sur une tige —
À l’entendre, je rêverai,
Et quand les Vergers ne chanteront plus —
Rangerai — mon simulacre —

Dis-moi s’il fait vraiment — chaud à midi —
Si ce ne sont des Boutons d’or — qui “voltigent” —
Ou des Papillons — qui “fleurissent” ?
Puis — omets — le gel — sur la prairie —
Omets la Rousseur — sur l’arbre —
Jouons à ceux-là — jamais n’adviennent ! »


Emily Dickinson
Y aura-t-il pour de vrai un matin, Cahier 9
Traduit de l’anglais (États-Unis) par Claire Malroux
José Corti, 2008

13:03 Publié dans Écrivains | Lien permanent