UA-62381023-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 11 août 2016

Jean de la Croix, « Chansons entre l’âme et l’époux »

Delacroix1.png

 

           « Au profond du cellier

de mon ami j’ai bu, et je sortais

            parmi cette vallée

            et plus rien ne savais

ayant perdu le troupeau que j’avais.

 

            Là mon cœur m’a offert,

là, exquise science m’a enseignée,

            et à lui toute entière

            moi je me suis donnée,

là j’ai promis d’être son épousée.

 

            Mon âme est employée

ainsi que tout mon bien à son service,

            de troupeau n’ai gardé

            et n’ai plus d’autre office,

car dans l’amour j’ai mon seul exercice.

 

            Si donc en nos pâtures

nul ne peut plus me voir ni me trouver,

            vous me direz perdue,

            car d’amour emportée

j’ai voulu me perdre et me suis gagnée. »

 

Jean de la Croix

Cantique spirituel

Traduit par Jacques Ancet

in Thérèse d’Avila, Jean de la Croix, Œuvres

La Pléiade, Gallimard, 2012

vendredi, 27 février 2015

Juan Gelman, « Vers le sud »

Juan-Gelman.jpg

 

sur la poésie

 

« il y aurait deux choses à dire/

que personne ne la lit beaucoup/

que ce personne c’est très peu de gens/

que tout le monde ne pense qu’aux problèmes de la crise mondiale/et

 

au problème de manger tous les jours/il s’agit

d’un sujet important/je me rappelle

quand l’oncle juan est mort de faim/

il disait que manger il ne s’en souvenait même pas et qu’il n’y avait pas de problème/

 

mais le problème vint plus tard/

il n’y avait pas d’argent pour le cercueil/

et quand finalement le camion municipal passa pour l’emporter

l’oncle juan ressemblait à un petit oiseau/

 

ceux de la municipalité le regardèrent avec mépris et dédain/ils murmuraient

qu’on leur casse toujours les pieds/

qu’eux ils étaient des hommes et qu’ils enterraient des hommes/et non

des oisillons comme l’oncle juan/spécialement

 

parce que l’oncle s’était mis à chanter cui-cui tout le long du voyage au crématorium municipal/

ce qui leur avait semblé un manque de respect dont ils étaient très offensés/

et quand ils lui donnaient une tape pour qu’il ferme sa boîte/

le cui-cui volait dans la cabine du camion et ils sentaient que ça leur faisait cui-cui dans la tête/l’

 

oncle juan était comme ça/il aimait chanter/

et il ne voyait pas pourquoi la mort était une raison pour ne pas chanter/

il entra dans le four en chantant cui-cui/on sortit ses cendres elles piaillèrent un moment/

et les compagnons municipaux regardèrent leurs chaussures grises de honte/mais

 

pour en revenir à la poésie/

le poètes aujourd’hui vont assez mal/

personne ne les lit beaucoup/ce personne c’est très peu de gens/

le métier a perdu son prestige/pour un poète c’est tous les jours plus difficile

 

d’obtenir l’amour d’une fille/

d’être candidat à la présidence/d’avoir la confiance d’un épicier/

d’avoir un guerrier de qui chanter les exploits/

un roi pour lui payer trois pièces d’or le vers/

 

et personne ne sait si ça se passe comme ça parce qu’il n’y a plus de filles/d’épiciers/de guerriers/de rois/

ou simplement de poètes/

ou les deux choses à la fois et il est inutile

de se casser la tête à penser au problème/

 

ce qui est bon c’est de savoir qu’on peut chanter cui-cui

dans les plus étranges circonstances/

l’oncle juan après sa mort/moi à présent

pour que tu m’aimes/ »

 Juan Gelman

Vers le sud et autres poèmes

Présenté et traduit de l’espagnol (Argentine) par Jacques Ancet
postface de Julio Cortázar

Gallimard, coll. Poésie, 2014

mercredi, 03 avril 2013

Rafael José Díaz, « Le Crépitement »

2011-02-22_IMG_2011-02-22_15-27-45_escritor.jpg

les sept gorges

 

« Le volcan n’est pas un rêve. Nous en avons fait le tour

toi et moi, par les sept gorges sous le soleil

qui tournait plus lentement que nous.

 

Le volcan ne dormait pas. Il tenait compagnie

aux pas entre les fleurs, aux étreintes furtives

comme des incendies au bord d’un autre ciel.

 

Tu découvris pour moi deux oiseaux

qui conversaient embrasés sur les branches

brûlantes du feu ancien du volcan.

 

Le soleil ou l’œil ou le cratère

jetaient leur lumière et absorbaient

la seule lumière jetée par les paupières du rêve.

 

Paupières,

tes paupières,

prises au rêve des miennes.

 

Comme la toile d’araignée

que nous vîmes résister à la brise,

à la présence obscure du volcan,

de même, les fines paupières

cherchaient dans l’air le centre intact

de la vie et de la mort.

 

Demeure secrète de l’amour, où

tu  accourais de très loin, du centre

d’une toile tissée entre le soleil et le néant.

 

Il n’était pas un rêve, le volcan. Par les sept gorges

la lumière nous disait qu’il n’était pas un rêve

l’amour, que les yeux verraient d’autres lumières à l’ombre du rêve. »

traduit par Guy Rochel

 

Rafael José Díaz

Le Crépitement

Préface de Philippe Jaccottet

Traductions de l’espagnol par Jacques Ancet,

 Bernard Banoun, Roberto San Geroteo,

 Claude Held, Guy Rochel

 Bilingue

L’Escampette, 2007

 

Douzième page pour fêter les vingt ans de L’Escampette

 

mercredi, 13 février 2013

Alejandra Pizarnik, « L’Enfer musical »

alejandra pizarnik,l'enfer musical,jacques ancet,ypsilon éditeur

La parole du désir

 

Cette texture spectrale de l’obscurité, ces mélodies au fond des os, ce souffle de silences divers, cette plongée en bas par le bas, cette galerie obscure, obscure, cette manière de sombrer sans sombrer.

 

Qu’est-ce que je suis en train de dire ? Il fait noir et je veux entrer. Je ne sais quoi dire d’autre. (Je ne veux pas dire, je veux entrer.) La douleur dans les os, le langage brisé à coups de pelle, peu à peu reconstituer le diagramme de l’irréalité.

 

De possessions, je n’en ai pas (ça c’est sûr ; enfin quelque chose de sûr). Ensuite une mélodie. C’est une mélodie plaintive, une lumière lilas, une imminence sans destinataire. Je vois la mélodie. Présence d’une lumière orangée. Sans ton regard je ne saurai vivre, ça aussi c’est sûr. Je te suscite, te ressuscite. Et il m’a dit de sortir dans le vent et d’aller de maison en maison en demandant s’il était là.

 

Je passe nue, un cierge à la main, château froid, jardin des délices. La solitude ce n’est pas se tenir sur le quai, au petit jour, à regarder l’eau avec avidité. La solitude, c’est de ne pouvoir la dire parce qu’on ne peut la circonscrire parce qu’on ne peut lui donner un visage parce qu’on ne peut en faire le synonyme d’un paysage. La solitude serait cette mélodie brisée de mes phrases.

 

Alejandra Pizarnik

 L’Enfer musical

 Traduction et postface de Jacques Ancet

Ypsilon éditeur, 2012