UA-62381023-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 24 avril 2010

Louis-René des Forêts

desforets.jpg

« Si la honte le fait se retourner la nuit,

Chercher le sommeil pour cacher son visage

C’est qu’il voit avec les yeux de la conscience

Celui qu’on disait un garçon intraitable

Revenir juger l'homme qui l’a trahi.

Plutôt plaider coupable qu’en guise de défense

Se prévaloir d'une sagesse acquise.

 

Le chemin qui va d’hier à aujourd’hui

Semble obscur parfois et si plein de détours

Qu’il n'est guère aisé de s’y reconnaître

Non plus que d’en justifier le parcours

Auprès d'un enfant qui le commence à peine.

 

Il a beau trembler chaque nuit davantage,

Le cœur n'a pas perdu sa jeune fierté.

Oublie ses défaillances, pardonne-lui

D’avoir tant de mal à battre sans avoir peur

De l’ennemi qui est dans la place et le guette.

 

Que vienne le jour l’en délivrer, qu’il vienne

Adoucir ce regard d’ange justicier

Où se reflète sa sainte colère d’autrefois

Tournée contre soi infidèle à l’enfance

Et déjà soumis avant même de se rendre. »

 

Louis-René des Forêts

Poèmes de Samuel Wood

Fata Morgana, 1988

 

18:39 Publié dans Écrivains | Lien permanent

dimanche, 11 avril 2010

Fernando Pessoa

fernando-pessoa.jpg« Je ne sais qui je suis, ni quelle âme est la mienne.

Quand je parle avec sincérité, je ne sais quelle est cette sincérité. Je suis diversement différent d’un moi dont je ne sais s’il existe.

J’éprouve des croyances que je n’ai pas. Je fais mes délices de désirs qui me répugnent. Ma perpétuelle attention à moi-même me signale perpétuellement des trahisons de mon âme envers un caractère que je ne possède peut-être pas, et qu’elle ne juge pas non plus être mien.

Je me sens multiple.

Je suis comme une pièce garnie de miroirs innombrables et fantastiques, déformant en reflets factices une réalité centrale unique, qui ne se trouve en aucun d’eux et se retrouve en tous.

Tel le panthéiste qui se sent astre, vague et fleur, je me sens être plusieurs. Je me sens vivre en moi des vies étrangères, incomplètement, comme si mon être participait de tous les hommes, mais incomplètement de chacun, et s’individualisait en une somme de non-moi, synthétisés en un moi purement pastiche. »

 

Fernando Pessoa, Un singulier regard

Traduit du portugais par Françoise Laye

Christian Bourgois, 2005, rééd. Coll. Titres n° 45, 2007

11:56 Publié dans Écrivains | Lien permanent