UA-62381023-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Édition - Page 2

  • William Butler Yeats, « Ma maison »

    Tour.jpg

    Thoor Ballylee, Gort, Comté de Galway, République d’Irlande

     

    « Un pont très vieux, une tour plus vieille encore,

    Une ferme à l’abri de ses murs,

    Un arpent de cailloux,

    Où peut fleurir la rose symbolique,

    De vieux ormes défaits, partout de vieilles ronces,

    Le bruit de la pluie ou le bruit

    Des quatre vents qui soufflent ;

    La poule d’eau sur ses échasses

    Qu’en pataugeant chasse

    Une douzaine de vaches

    Et qui retraverse l’eau.

    Un escalier en spirale, une voûte de pierre,

    Un âtre ouvert au manteau de pierre grise

    Une chandelle, des mots sur une page.

    C’est en des lieux semblables

    Que peina le platonicien d’Il Penseroso

    Dans un pressentiment

    Du délire sacré

    Où l’Esprit imagina le monde.

    Les voyageurs de nuit

    Retour de foire ou de marché

    Ont vu luire souvent sa chandelle à minuit.

     

    Deux hommes ont fait souche ici.

    Un homme d’armes et sa troupe de cavaliers

    Passa ses jours en ces lieux troublés,

    Connut de longues guerres, des alarmes nocturnes,

    Et finit avec le reste de ses hommes

    Comme à l’écart du monde, oublieux, oublié ;

    Et moi qui laisserai

    Aux héritiers de mon sang

    Les symboles parfaits de l’adversité

    Où s’exaltent les âmes solitaires. »

     

    William Butler Yeats

    Second mouvement de l’ensemble « Méditations du temps de la guerre civile » (1922)

    In Cinquante et un poèmes

    Traduction nouvelle et notes par Jean Briat

    William Blake & Co. Édit.

  • William Butler Yeats, « Un bâton d’encens »

    William-Butler-Yeats.jpg

     

    « D’où est venue cette fureur ?

    D’un tombeau vide ou des entrailles de la Vierge ?

    Saint Joseph pensait que le monde allait se dissoudre,

    Mais il aimait cette odeur au bout de son doigt. »

     

    William Butler Yeats

    Derniers poèmes (1936-1939)

    Traduit de l’anglais et présenté par Jean-Yves Masson

    Verdier, 1994

     

  • William Butler Yeats, « Les trois ermites »

    Biography-of-William-Butler-Yeats.jpg

     

    « Trois vieux ermites prenaient l’air

    Près d’une mer froide et désolée,

    Le premier murmurait une prière,

    Le second fouillait à la recherche d’une puce ;

    Sur une pierre battue des vents, le troisième,

    Étourdi par ses cent ans,

    Chantait comme un oiseau sans qu’on y prête garde :

    “Même si la Porte de la Mort est proche

    Et proche ce qui attend derrière elle,

    Trois fois en un seul jour,

    Tout en me tenant droit sur le rivage,

    Je m’endors quand je devrais prier.”

    Ainsi parla le premier, mais alors le second :

    “Nous ne recevons que ce que nous avons mérité,

    Lorsque sont comptées toutes les pensées et les actions,

    Car on voit clairement

    Que les ombres des saints hommes

    Qui ont échoué par manque de volonté,

    Passent à nouveau la Porte de la Naissance,

    Et ils sont harcelés par des foules

    Jusqu’à ce qu’ils aient l’énergie de s’échapper.”

    L’autre dit en se plaignant : “Ils sont mués

    En quelque forme effrayante au plus haut point.”

    Mais le second se moqua de cette plainte :

    “Ils ne sont changés en rien,

    Car ils ont aimé Dieu une fois, sauf peut-être

    En poète ou roi

    Ou en dame charmante et spirituelle.”

    Tandis qu’il avait fouillé haillons et cheveux,

    Attrapé et fait craquer sa puce, le troisième

    Étourdi par ses cent ans,

    Chantait comme un oiseau sans qu’on y prenne garde. »

     

    William Butler Yeats

    Responsabilité (1914)

    Traduit de l’anglais et présenté par Jacqueline Genet

    Verdier, 2003

  • William Butler Yeats, « La mémoire »

    898px-Yeats_Boughton.jpg

    © Alice Broughton, 1903

     

    « Une avait un beau visage,

    Deux ou trois autres du charme,

    Mais charme et beauté rien ne purent

     

    Puisque l’herbe de la montagne

    Ne peut que garder la forme

    De ce lièvre de la montagne

     

    Qui y gita une nuit. »

     

    William Butler Yeats

    Quarante-cinq poèmes

    Introduction, notes et traduction d’Yves Bonnefoy

    Hermann, 1989

  • William Butler Yeats, « Un habit »

    Yeats  John Yeats.jpg

    Yeats vers 1888. Dessin à la mine de plomb par John Butler Yeats

     

    « J’ai fait pour mon chant un habit

    Couvert de broderies

    Prises aux vieilles mythologies

    Des pieds jusqu’aux épaules ;

    Mais les sots me l’ont pris

    Et s’en sont vêtus aux yeux du monde

    Comme s’il était leur propre habit.

    Laisse-le leur ô, mon chant,

    Car il y a plus de courage

    A marcher dévêtu. »

     

    William Butler Yeats

    « Responsabilités » (1914) in Cinquante et un poèmes

    Traduction nouvelle et notes par Jean Briat

    William Blake & Co. Édit., 1989

  • William Butler Yeats, « Le Rosier »

    Rosier rouge.jpg

    © CChambard

     

    « “Comme on dit des mots à bon compte !”

    Disait Pearse à Connolly,

    “Peut-être est-ce leur trop prudente haleine

    Qui a flétri notre Rosier ;

    Ou peut-être n’est-ce qu’un vent

    Qui souffle sur les flots amers.”

     

    “Il suffirait de l’arroser”,

    Répondit James Connolly,

    “Pour que sa verdeur lui revienne,

    Qu’il s’étende de tous côtés

    Et que tous ses bourgeons éclatent,

    Et qu’il soit l’orgueil du jardin.”

     

    “Mais où puiserons-nous l’eau »,

    Dit Pearse à Connolly,

    “Quand tous les puits sont asséchés ?

    C’est clair, aussi clair qu’il peut-être :

    Seul notre sang, notre sang rouge

    Pourra en faire un vrai Rosier.” »

     

    William Butler Yeats

    Michael Robartes et la danseuse

    Présenté, annoté et traduit de l’anglais par Jean-Yves Masson

    Verdier, 1994

  • W. G. Sebald, « Le crépuscule assombrissait… »

    w_-g_-sebald-0011.jpg

    D.R

     

    « Le crépuscule assombrissait déjà à moitié la chambre. Mais dehors le soleil couchant était encore suspendu au-dessus de la mer, et la lumière étincelante qui en émanait baignait de ses ondes tout l’univers que je voyais de ma fenêtre et qui dans ce cadre n’était dénaturé ni par le tracé d’une route ni par la moindre habitation. Les monstrueuses formations géologiques des calanques, qui surgissaient des profondeurs à trois cents mètres, taillées dans le granit au cours de millions d’années par le vent, les embruns et la pluie, brillaient d’un rouge cuivré, comme si la pierre elle-même était en flammes, embrasée par un feu intérieur. Parfois je croyais reconnaître dans cette lumière vacillante les contours de plantes et d’animaux en feu, ou bien ceux d’un peuple entassé pour un grand bûcher. Même l’eau, tout en bas, semblait être en flammes.

    C’est seulement quand le soleil disparut derrière l’horizon que la surface de la mer s’éteignit, que le feu pâlit dans les rochers, redevint lilas et bleu, et que les ombres s’étendirent à partir de la côte. Il fallut un certain temps pour que mes yeux s’accoutument de nouveau à la douce pénombre et que je puisse voir le bateau qui s’était avancé au milieu de l’incendie et à présent mettait le cap sur le port de Porto, si lentement qu’on pouvait croire qu’il ne bougeait pas. C’était un grand yacht à cinq mâts, qui ne laissait pas la moindre trace sur l’eau immobile. Il était tout au bord de l’immobilité et pourtant il avançait aussi inéluctablement que la grande aiguille d’une horloge. Le bateau naviguait, pourrait-on dire, le long de la ligne qui sépare ce que nous pouvons percevoir de ce que personne n’a encore jamais vu.

    Très loin sur la mer la dernière lueur du jour s’écoulait ; vers l’intérieur des terres l’ombre devenait de plus en plus épaisse, jusqu’à ce que devant la ligne de crête noire du capo Senino et de la presqu’île de Scandola les lumières s’allument à bord du bateau blanc comme la neige. Je voyais avec mes jumelles la chaude lumière derrière les hublots, les lanternes sur les superstructures du pont, les guirlandes étincelantes tendues d’un mât à l’autre, mais à part cela, pas le moindre signe de vie. Le bateau resta peut-être une heure, brillant de lumière, immobile dans les ténèbres, comme si son capitaine attendait l’autorisation d’entrer dans le port caché derrière les calanques. Puis, alors que les étoiles apparaissaient déjà au-dessus des collines, il fit demi-tour et repartit aussi lentement qu’il était arrivé. »

    W. G. Sebald

    Extrait de « Les Alpes dans la mer », in Campo Santo

    Traduit de l’allemand par Patrick Charbonneau et Sybille Muller

    Actes Sud, 2009

    Max Sebald est né le 18 mai 1944.

    Bon anniversaire Max.

  • Pascal Quignard, « Kouan Yin… »

    JPM.jpg

    Lire la suite

  • Virgile « Non loin de là se font voir les Plaines des Larmes… »

    018463.jpg

    Énée et la Sibylle au vestibule des Enfers. Jean Grüninger & Sébastien Brant, gravure sur bois, 1502.

    Édition de Strasbourg de l’Énéide, conservée à la bibliothèque universitaire d’Heildelberg.

     

    « Non loin de là se font voir les Plaines des Larmes (c’est ainsi qu’on les nomme) qui s’étendent de tous côtés. Des sentiers écartés y recèlent ceux que le dur amour a fait dépérir en une langueur sans merci. Tout à l’entour, une forêt de myrtes les couvre de son ombre. Dans la mort même, leur tourment ne les quitte pas. Énée aperçoit en ces lieux Phèdre, Procris et la triste Éryphile montrant le coup fatal reçu d’un fils cruel, Évadné et Pasiphaé ; Laodamie les accompagne, et Cénée, autrefois garçon, puis femme, que le destin a ramenée à sa forme d’antan.

    Parmi elles, la Phénicienne Didon errait dans la grande forêt avec sa blessure encore fraîche. Dès que le héros troyen se trouva à côté d’elle et reconnut dans l’ombre sa forme obscure (telle la lune qu’au début du mois on voit ou croit voir entre les nuages), il se prit à pleurer et lui dit, avec la douce voix de l’amour : “Malheureuse Didon, ce qu’on était venu m’annoncer était donc vrai : tu n’étais plus, tu étais allée jusqu’au bout, le fer à la main ! J’ai donc été pour toi, hélas, une raison de mourir ! Je le jure par les astres, par les dieux du ciel, par la bonne foi qu’il peut y avoir dans les profondeurs de la terre, ce n’est pas de moi-même, ô reine, que j’ai quitté tes bords. Les dieux dont les ordres me forcent à présent à traverser cette ombre sur ces terrains vagues, dans la nuit profonde, ces dieux m’ont fait partir, par leurs injonctions. Je n’ai pu croire non plus que mon départ te causerait une pareille douleur. Arrête tes pas, ne te dérobe pas à mes yeux. Qui devrais-tu bien fuir ? C’est la dernière fois que le destin me laisse ainsi te parler.” Il tentait en ces termes d’adoucir cet être enflammé au regard farouche, tout en versant lui-même des larmes. Mais Didon s’était détournée et gardait les yeux fixés au sol, sans qu’à cet essai de dialogue son visage montrât plus d’émotion que si Énée avait eu devant lui un dur rocher ou de la Pierre de Paros. Elle finit par se ressaisir et, d’un air hostile, alla chercher refuge dans le bosquet ombragé où son mari d’autrefois, Sychée, répond à ses attentions et lui rend  son amour. Néanmoins Énée, très ému devant ce sort inique, la suit longuement des yeux, tout en versant des larmes, et il est plein de pitié, tandis qu’elle va son chemin. »

     

    Virgile

    Énéide (chant VI, 440-476)

    Traduction de Paul Veyne

    Albin Michel / Les Belles Lettres, 2012

  • Virgile, « Cependant l’Aurore »

    018496.jpg

    Didon & Énée dans la grotte. Jean Grüninger & Sébastien Brant, gravure sur bois, 1502.

    Édition de Strasbourg de l’Énéide, conservée à la bibliothèque universitaire de Heildelberg.

     

    « […] Cependant l’Aurore qui s’élève a quitté l’Océan. Aux premiers rayons de l’astre, des hommes bien choisis sortent de la ville ; filets à grandes mailles, nasses, épieux au large fer… Les cavaliers massyles s’élancent, et la meute à l’odorat subtil. La reine s’attarde dans sa chambre, les notables puniques l’attendent à sa porte. Rutilant de pourpre et d’or, son coursier est là qui mâche fougueusement son mors blanc d’écume. Elle s’avance enfin, au milieu de toute une troupe, serrée dans une chlamyde sidonienne au liseré brodé ; son carquois est d’or, ses cheveux sont noués dans l’or et une agrafe d’or retient son vêtement de pourpre.

    Mais s’avancent aussi les Phrygiens, qui l’accompagnent, et Iule est tout heureux. Énée lui-même, le plus beau de tous, se joint à eux et réunit les deux troupes. Tel Apollon lorsqu’il abandonne en hiver la Lycie et les eaux du Xanthe, va revoir sa Délos maternelle, y reforme ses chœurs et qu’autour des autels se mêlent bruyamment Crétois, Dryopes et Agathyrses au corps peint ; le dieu en personne parcourt les hauteurs du Cynthe, une couronne de feuillage rassemble et presse sa chevelure flottante qu’il entrelace d’or, et ses flèches sonnent sur ses épaules : Énée n’allait pas moins vivement que le dieu, la même beauté brille sur son noble visage. Une fois parvenus sur des monts élevés et dans des retraites sans chemins, voici que les chèvres sauvages, débusquées de leur somment rocheux, ont déboulé des crêtes ; de l’autre côté, les cerfs quittent la montagne, traversent au galop la plaine découverte et y reforment dans leur fuite leurs escadrons qui soulèvent la poussière. Tandis qu’au milieu de la vallée le jeune Ascagne, tout joyeux de son cheval, devance à la course tantôt les unes et tantôt les autres ; parmi ces troupeaux inoffensifs, il souhaite que la chance lui fasse rencontrer un sanglier écumant ou qu’un lion fauve descende de la montagne.

    Mais entre-temps un vaste grondement se met à brouiller le ciel, un orage le suit, mêlé de grêle. Effrayés, l’escorte des Tyriens, la jeunesse troyenne et le petit-fils dardanien de Vénus sont partis à travers champs chercher des abris çà et là. Des eaux torrentueuses dévalent des hauteurs. Didon et le chef troyen se retrouvent dans une même grotte. Ce sont la Terre et Junon nuptiale qui donnent d’abord le signal ; les éclairs et un ciel complice brillèrent pour ces noces et du haut de leur sommet les nymphes hurlèrent le cri nuptial. Ce jour-là fut l’origine d’un malheur, l’origine d’une mort, car Didon est insensible aux convenances et à la renommée ; elle ne se propose nullement un amour furtif, elle l’appelle mariage, elle couvre sa faute de ce nom. »

     

    Virgile

    Énéide (chant IV, 129-172)

    Traduction de Paul Veyne

    « L’Énéide est un récit versifié. Toutefois aux yeux de Virgile, pareil récit n’est digne de la Muse qu’à condition d’être davantage que de la prose mise en vers. Condition rarement remplie.  Elle est remplie par l’Énéide, le génie de son poète produisant avec une aisance mozartienne, pour le lecteur charmé, une écriture narrative qui est d’une autre race que la prose. Hélas, à moins d’avoir du génie, le traducteur en est réduit, comme je l’ai fait, à traduire en prose. Notre traduction, toutefois, a tenté de passer entre deux écueils : la tradition humaniste, ou plutôt scolaire, et le charabia. » extrait de la Préface

    Albin Michel / Les Belles Lettres, 2012

  • Virgile, « Mais le printemps renaît ; de l’empire de l’air… »

    Abeilles rouleau Barberini.jpg

    L’éloge des abeilles. Enluminure du rouleau Exultet Barberini, vers 1087. Bibliothèque Vaticane

     

      « Mais le printemps renaît ; de l’empire de l’air

    Le soleil triomphant précipite l’hiver,

    Et le voile est levé qui couvrait la nature :

    Aussitôt, s’échappant de sa demeure obscure,

    L’abeille prend l’essor, parcourt les arbrisseaux ;

    Elle suce les fleurs, rase, en volant les eaux.

    C’est de ces doux tributs de la terre et de l’onde

    Qu’elle revient nourrir sa famille féconde,

    Qu’elle forme une cire aussi pure que l’or,

    Et pétrit de son miel le liquide trésor.

      Bientôt abandonnant les ruches maternelles,

    Ce peuple, au gré des vents qui secondent ses ailes,

    Fend les vagues de l’air, et sous un ciel d’azur

    S’avance lentement, tel un nuage obscur :

    Suis sa route : il ira sur le prochain rivage

    Chercher une onde pure et des toits de feuillage :

    Fais broyer en ces lieux la mélisse ou le thym ;

    De Cybèle alentour fait retentir l’airain :

    Le bruit qui l’épouvante, et l’odeur qui l’appelle,

    L’avertissent d’entrer dans sa maison nouvelle. »

     

    Virgile

    Géorgiques

    Traduction de l’abbé Jacques Delille (1769)

    « C’est en voyant la campagne, les moissons, les vergers, les troupeaux, les abeilles, tous ces tableaux délicieux qui ont inspirés l’auteur des Géorgiques, que j’ai cru sentir quelque étincelle du feu nécessaire pour le bien rendre. Jamais je n’ai trouvé la nature plus belle, qu’en lisant Virgile ; jamais je n’ai trouvé Virgile plus admirable, qu’en observant la nature : la nature, en un mot, a été pour moi le seul commentaire de celui qui l’a le mieux imitée. » Discours préliminaire

    Gallimard Folio, 1997

     

  • Virgile, « Mais le printemps renaît… »

    Virgile.jpg

    Détail du Vergilius Romanus, manuscrit du Ve siècle.

     

    « Mais le printemps renaît, et le zéphyr t’appelle,

    Viens, conduis tes troupeaux sur la mousse nouvelle ;

    Sors sitôt que l’aurore a rougi l’horizon,

    Quand de légers frimas blanchissent le gazon,

    Lorsque, brillant encor sur la tendre verdure,

    Une fraîche rosée invite à la pâture.

    Mais quatre heures après, quand déjà de ses chants

    La cigale enrouée importune les champs,

    Que ton peuple, conduit à la source prochaine,

    Boive l’eau qui s’enfuit dans des canaux de chêne.

    À midi, va chercher ces bois noirs et profonds

    Dont l’ombre au loin descend dans les sombres vallons.

    Le soir, que ton troupeau s’abreuve et paisse encore.

    Le soir rend à nos prés la fraîcheur de l’aurore ;

    Tout semble ranimé, gazons, zéphyrs, oiseaux,

    Rossignols dans les bois, alcyons sur les eaux. »

     

     

    Virgile

    Géorgiques

    Traduction de l’abbé Jacques Delille (1769)

    « Les traductions sont pour un idiome ce que les voyages sont pour l’esprit. » Discours préliminaire

    Gallimard Folio, 1997